VLAM c’est une question qu’on se pose constamment.

Une chimère, une figure fantastique au corps hybride.

C’est un lieu à la frontière de la nécessité et de l’envie.

Une posture très sérieuse avec un détail débile au fond à gauche.

 

C’est une idée qui, dès qu’elle est énoncée, nous échappe.

VLAM c’est surtout ne pas savoir faire, c’est surtout pas un savoir-faire.

 

VLAM c’est aussi se dire que si on a peur de quelque chose, c’est qu’on doit y goûter.

C’est une expérience étrange et familière.